Un nouveau départ

Lors de la dernière campagne électorale, après une longue et exténuante journée de travail, je me suis retrouvé dans une microbrasserie de ma ville natale, en compagnie d’un ancien du caucus des Rouges. Étant profondément inconscient de ce qu’est la simulation parlementaire, je me fis regarder comme le dernier des extraterrestres ! Comment était-ce possible que quelqu’un comme moi, maniaque de politique, fut dans l’ignorance de cette olympiade parlementaire pour les jeunes…

C’est sans hésitation que, le lendemain, j’entrepris les démarches pour être de la partie lors de la prochaine édition. Avec le désir d’approfondir mes connaissances du système parlementaire québécois et ayant toujours eu la fièvre de la Politique, je décidai, sans plus attendre, de m’embarquer dans cette grande aventure.

Le congrès des Rouges, une tradition à perpétuer

Il y a quelques années, cette tradition a commencé afin que nous puissions nous préparer davantage pour la simulation. C’est lors d’un week-end à la fin octobre que j’ai pris ma voiture en direction de l’Estrie. Ne connaissant et n’ayant été recruté par aucun membre du caucus, une certaine incertitude m’accompagnait lors de ce voyage. Celle-ci s’est heureusement envolée dès la première minute de mon arrivée. Le nombre important de recrues cette année a certainement joué en faveur d’une bonne intégration. L’ambiance régnante, elle, a joué en faveur d’un retour assuré pour les prochaines éditions. En effet, après seulement quelques minutes, je pouvais me vanter d’avoir fait plusieurs rencontres, tous plus intéressantes les unes que les autres! Des gens provenant des quatre coins du Québec, aux valeurs et idéaux politiques différents, étaient réunis pour former un caucus rouge, plus fort que jamais.

Des débats, pour un parti plus fort

La pluralité des gens m’ayant abordé sur cette simulation parlementaire croyait que celle-ci était en lien direct avec les partis siégeant présentement à l’Assemblée nationale. À leur triste déception, étrangement une même question survint: comment est-ce possible que des gens, adhérant à des partis politiques différents, n’en forment qu’un seul et soit capables de s’entendre et de débattre ensemble en ayant une même position qui, sans être calquée, les unira lors de cette joute. Réponse : les débats lors de ce congrès préparatoire. En effet, ils nous ont permis de nous exprimer, d’échanger, de partager, de réfléchir, d’argumenter et même d’évoluer. Sans ces débats, la simulation serait sans doute une des meilleures cacophonies jamais diffusées !

Le marathon de préparation

Après cette période d’échanges est venu le temps pour les porteurs de projets de loi et de livre ainsi qu’aux différents ministres de mettre sur papier nos idées. Une tâche colossale ! J’ai été épaté, encore au moment d’écrire ces lignes, de toute cette charge de travail et bien plus surpris de la qualité des projets de loi ou du livre déposés par mes collègues. Et c’est en terminant sur ce, que j’aimerais leur lever mon chapeau !

Avec un énorme plaisir et une aussi grande fierté, je vous applaudirai encore et encore, vous encourageant et célébrant tout le travail accompli. Assis sur un siège derrière, bien que je puisse sembler loin, je serai de tout cœur avec vous, me réjouissant avec tout l’honneur, de faire partie du caucus des Rouges et d’aider à relancer le Québec.

Bon P.E.Q. à tous !

Jean-Christoph Morin

Député de Richmond

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s