Une éducation humaniste… réaliste?

Par Francis Dufresne

À gauche: Gabriel Laurence Brook, porteur du livre blanc sur la qualité de l'éducation au Québec (C) Simon Vinh

À gauche: Gabriel Laurence Brook, porteur du livre blanc sur la qualité de l’éducation au Québec (C) Simon Vinh

Le projet phare du gouvernement bleu est aussi exhaustif qu’audacieux: former des citoyens humanistes dès l’école primaire. Déposé hier avant-midi, le livre blanc du ministre de l’Éducation supérieure et de la recherche du Québec, Gabriel Laurence Brook, a reçu un accueil mitigé. Si l’opposition salue la réflexion philosophique du gouvernement sur l’éducation, elle est beaucoup plus craintive quant à l’application d’une telle initiative.

«Ayant moi-même un parcours philosophique, je trouve le projet intéressant à analyser. Mais personnellement, je ne suis pas humaniste. Je m’identifie davantage à des penseurs comme Jacques Derrida, un antihumaniste», fait valoir Samuel Castonguay, critique officiel en matière d’éducation.

Selon une majorité de rouges, promouvoir ouvertement une école de pensée, quelle qu’elle soit, présente un danger. Le député de Laviolette, Matthew Wallet, soutenait pendant la période des questions qu’il y a une contradiction entre la volonté du ministre de former des citoyens «libres penseurs», tout en leur imposant l’idéologie humaniste.

Le ministre Gabriel Laurence Brook entend les critiques de l’opposition, mais estime qu’elle comprend mal son livre blanc. «On n’endoctrine pas les citoyens. L’idée, c’est de leur donner un bagage […], une forme d’autodéfense intellectuelle pour vivre en société.» Un bagage qu’il considère nécessaire pour «une grande partie de la population» qui se retrouve «exclue du débat public et des décisions politiques qui la concernent», comme il l’explique dans l’introduction de son livre d’une cinquantaine de pages.
Réaction en commission parlementaire

Déjà avant-hier, le président du Syndicat des professeurs et enseignants du Québec (SPEQ), Normand Latreille, s’affichait très clairement contre le projet de loi. «On se dirige vers une pénurie de personnel. Déjà qu’on manque d’enseignants, on veut en plus restreindre l’accès à la profession avec des tests d’entrée plus sévères», réaffirmait-il hier soir en commission parlementaire. Face à cet argument, Mélanie Lemay, députée de Mégantic, soutient que ce qui décourage les futurs enseignants, c’est avant tout la difficulté d’obtenir une permanence.

Une autre forte opposition au projet vient de la Fondation 1625, un organisme créé pour supporter les étudiants qui ont subi des préjudices lors de la grève de 2012 (qui a depuis élargi son action). L’un de ses associés, Jean-Christophe Morin, craint que les principes de démocratie participative proposés dans le livre blanc conduisent à un militantisme accru chez les jeunes; un problème selon lui.
D’autres observateurs sont plus ouverts à l’éducation humaniste. Lucien Finkielkraut, secrétaire général du Front de libération philosophique de la connaissance et du savoir, déclarait hier: «On a besoin de citoyens éveillés. La mission de l’éducation n’est pas seulement de former des travailleurs, mais aussi de donner les moyens aux individus de s’élever comme être humain». Cependant, les institutions doivent demeurer critiques de l’humanisme, au même titre que toutes les écoles de pensées, soutient-il.

Télé-Québec et…l’Académie québécoise

Le livre blanc du gouvernement bleu propose aussi de financer davantage la chaîne publique Télé-Québec. Selon le ministre Gabriel Laurence Brook, la station a un rôle pédagogique et culturel important. Il croit que par le passé, des émissions comme Ramdam et Macaroni tout garni ont contribué à la construction d’un référentiel identitaire commun chez les jeunes.

Le ministre de l’Éducation propose également de fonder l’Académie du Québec. Cette nouvelle institution serait la version québécoise du Collège de France (et non de l’Académie française). Elle rassemblerait «les meilleurs chercheurs et intellectuels québécois dans une panoplie de disciplines et de champs de la connaissance, en leur offrant un financement complet de leurs recherches par l’État», selon les dernières pages du livre blanc.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s