Billet de l’ex-chef des journalistes: ils sont fous ces Péquiens

(c) Simon Vinh

(c) Simon Vinh

Par Laura Pelletier, chef du caucus des journalistes du PEQ 2013-2014

« D’âge en âge, on ne fait que changer de folie »
– Pierre Claude Nivelle de La Chaussée

Lundi 6 janvier 2014, 6h22 AM. La caféine ne fait plus effet. Les push-ups non plus. L’album des Arctic Monkeys, encore un peu. Je tente de peine et de misère de rester éveillée et surtout concentrée en relisant les derniers articles de journaux pour y repérer des coquilles. « Faut être fou pour faire le PEQ », dis-je aux deux rédactrices en chef, elles aussi encore debout.

Le temps d’un PEQ, nous nous sommes transformés en rats du Parlement. Le jour, yeux pochés, les députés se sont livrés à des débats passionnants. Le soir, à l’hôtel, l’écriture de discours et les commissions parlementaires ont battu leur plein. Les heures avançaient, mais peu se couchaient. Aux petites heures du matin, j’ai souvent croisé Étienne Lamy, Étienne Boily et Julie-Pier Nadeau, au petit salon du 1er étage. Faut être fou pour faire le PEQ.

Et là, c’est la dernière nuit abrégée. Le PEQ est presque terminé. Une semaine de fous, à l’unanimité. Mais on ne se le cachera pas : l’an prochain, même heure, même date, je serai encore là, et vous aussi. Encore là à dire qu’il faut être fou pour faire le PEQ.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s