Lettre ouverte d’Èvelyne Brie, députée de Marguerite-Bourgeois

Réplique à la capsule philosophique du 5 janvier 2014 du journal Le Presse-citron

Par Èvelyne Brie, députée de Marguerite-Bourgeois 

Èvelyne Brie, députée de Marguerite-Bourgeois (c) Simon Vinh

Èvelyne Brie, députée de Marguerite-Bourgeois (c) Simon Vinh

Je tiens tout d’abord à remercier la journaliste du Presse-citron pour l’attention accordée à mon discours du 4 janvier dernier relativement au respect de la personnalité des enfants nécessaire à la réforme de l’éducation précédemment proposée par la députation bleue. À la suite d’une brève capsule parue hier dans le Presse-Citron, il me semble cependant nécessaire de souligner mon opposition à l’interprétation qui y fut effectuée à l’endroit d’une citation de Jean-Jacques Rousseau qui ponctuait mon allocution.

Premièrement, inutile de mentionner que les mots fort justement écrits «Hommes, soyez humains, c’est votre premier devoir» illustraient explicitement l’idée précise de respect à la base même de mon discours, bien évidemment sans pour autant sous-entendre que l’ensemble de notre livre était compatible avec l’entièreté de l’oeuvre de Rousseau.

Deuxièmement, je souligne que même si ce parallèle se voyait justifié par une logique quelque peu alambiquée comme celle de l’argumentaire développé au sein de l’article en question, cette citation se verrait malgré tout justifiée dans le contexte de l’idée d’une reconnaissance accrue de la personnalité de chacun telle que conçue par notre projet de livre. Que fait donc Émile («ou de l’Éducation»), sinon profiter d’une instruction qui, bien que différant évidemment dans son application de celle que nous proposions, trouve ses fondements dans le plus profond respect de la spécificité de son caractère? Je noterai également au passage la malheureuse tentative de l’auteure de faire de Rousseau une sorte de libertarien en croisade contre tous les ministères de l’éducation ayant existé sur Terre et à travers les âges.

Enfin, je crois que l’article fait fi du véritable objectif de notre projet de livre ainsi que de mon allocution, qui visait très distinctement à décrire une éducation plus émancipatrice, formant des individus plus libres et ayant la capacité de s’accomplir en tant qu’individus.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s